Comment bien isoler son habitation

L’isolation est un élément clé de
votre maison. Y porter une attention particulière, c’est contribuer à la baisse des factures énergétiques pour un confort assuré en hiver comme en été et la pérennité des équipements. Une bonne isolation doit s’accompagner d’une ventilation
efficace.

Les bienfaits d’une bonne
isolation

Bien isoler sa maison est une démarche qui vous procure de nombreux avantages :


Confort : en vous prémunissant contre les variations de température
extérieure, vous vous assurez un confort appréciable.
Économies d’énergie : pour éviter les déperditions d’énergie et limiter les variations de température extérieure qui obligent à chauffer plus, une bonne isolation est nécessaire.
Hygiène : une maison bien isolée permet d’éviter les problèmes d’humidité et le développement de moisissures, de tâches diverses… Pour cela, elle doit être associée à un système de ventilation efficace.
Pérennité : une bonne isolation permet de préserver les équipements de la maison, les revêtements…

Quelles parties de la maison isoler ?

Certaines zones de la maison sont plus sensibles à la fuite des calories. Le toit notamment est une partie à particulièrement surveiller, tout simplement parce que l’air chaud est plus léger et a tendance à monter.


  • Le toit, les combles : attention, l'hiver, la déperdition calorifique se fait à 30 % par le haut de la maison.
  • Les murs : ils sont aussi une source importante de déperdition, de l'ordre de 25 %. De plus, un mur mal isolé est froid et favorise la condensation et le développement de moisissures.
  • Les portes et les fenêtres : elles peuvent représenter 15 % de la déperdition de la chaleur intérieure.
  • Les fuites d'air : elles peuvent se manifester partout, dans une paroi, entre deux parois, autour des menuiseries, dans la cheminée. Elles affectent sensiblement l'isolation du bâtiment, jusqu'à 20 % des pertes.
  • Les ponts thermiques : c'est une faiblesse dans l'isolation du bâti, � la jonction entre deux parois ou entre deux matériaux de conductivité différente. 5 % des déperditions,
  • Les sols : un plancher non isolé occasionne une sensation de froid, surtout lorsqu'il chapeaute un espace non chauffé comme un vide sanitaire. On estime à 7 % les pertes thermiques par les sols.

Les techniques d'isolation

Chaque zone du bâti doit bénéficier d’une attention particulière.

Les matériaux d'isolation
Leur qualité isolante est fonction de deux facteurs principaux : la résistance thermique (R) et le coefficient de conductivité (lambda). Ils conditionnent notamment l'épaisseur de matériau nécessaire pour obtenir une isolation satisfaisante.
Mieux vaut choisir des produits certifiés : Acermi. La marque est apposée sur les étiquettes d'emballage.


La pose des isolants
Installer du matériel d’isolation ne s’improvise pas. Il faut notamment veiller aux jointures entre parois horizontales et verticales. Un espace peut produire un pont thermique, l’une des causes principales des pertes de chaleur dans la maison. Il faut assurer la continuité thermique.


On distingue deux grandes techniques :

  • l'isolation par l'intérieur
  • Avantages : l'aspect extérieur de la maison n'est pas modifié, elle ne nécessite donc pas de déclaration de travaux. Son coût est moins élevé.
    Inconvénients : l'espace intérieur est réduit. Elle ne permet pas de se prémunir contre tous les ponts thermiques.

  • l'isolation par l'extérieur
  • Avantages : elle est plus efficace contre les ponts thermiques. Elle protège les murs. Elle ne modifie pas l'aspect intérieur de la maison.
    Inconvénients : elle est plus coûteuse. Elle est plus difficile à mettre en œuvre. Elle nécessite une déclaration administrative.


    Les systèmes de ventilation
    L’équilibre entre économie d’énergie et santé dans le bâtiment n’est pas évident. La ventilation peut constituer une part importante des pertes thermiques (jusqu’à 20 %) mais constitue un poste essentiel pour une bonne efficacité énergétique du bâtiment.
    La ventilation double flux présente à cet égard un indéniable progrès et permet des économies de chauffage.
    Elle consiste à limiter les pertes de chaleur occasionnées par l’aération. La chaleur de l’air extrait est récupérée pour préchauffer l’air entrant.

    Isoler écolo c’est encore mieux !

    Une maison saine et durable exige d’utiliser des matériaux respectueux de l’environnement. Ils ont l’avantage de respecter l’environnement, les utilisateurs et les habitants. Leur coût énergétique est généralement plus faible, ils sont issus de ressources renouvelables et plus facilement recyclés.
    Tous ces matériaux présentent des performances d’isolation (conductivité et résistance thermique) variées en fonction de leur nature et de leur épaisseur.


    Isolants à base végétale : le lin, le chanvre, le liège, la fibre de bois, la ouate de cellulose, voire le roseau, sont des matériaux que l’on peut utiliser comme des laines traditionnelles.


    Isolants d’origine animale : la laine de mouton, les plumes de canard sont aussi d’excellents isolants, faciles à utiliser, qui respectent  l’environnement.

    Découvrez en vidéo l’importance du traitement de l’air intérieur...

    Une visite interactive pour voir ce qui

    différencie les maisons durables des habitations classiques...

    Eau, énergie, air... Tout ce qu'il faut savoir

    pour rendre une maison plus saine et écologique, en un mot, durable...

    La MAIF vous propose des contrats habitation

    intégrant le développement durable...

    En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site, à optimiser votre navigation et à vous proposer des offres et services personnalisés. En savoir plus et paramétrer les cookies